jeudi 29 janvier 2015

Le ventre, notre deuxième cerveau


Progressivement les scientifiques emboitent le pas du Dr Edward Bach qui avait commencé par faire des nosodes à partir de la flore intestinale de ses patients avant de découvrir que les fleurs pouvaient exercer une influence positives sur nos états émotionnels tout en nous aidant à nous reconnecter à notre Moi authentique.

A ce sujet je vous invite à livre (ou relire) l’ouvrage remarquable de Judy Howard & John Ramsell : Les écrits originaux du Docteur Bach (Le Courrier du Livre) dont voici un court extrait au sujet de la thérapeutique de demain (écrit en 1931) qui annonçait ce qu’Elizabeth Bellhouse a concrétisé depuis : « Le rôle de ces remèdes est d’élever nos vibrations et d’ouvrir les voies d’accueil à notre Moi Spirituel… Ils guérissent, non en s’attaquant à la maladie, mais en inondant nos corps des harmoniques vibratoires de notre Être Supérieur, en présence duquel la maladie fond comme neige au soleil… Certains remèdes possèdent le pouvoir d’élever nos vibrations, réalisant ainsi une union plus étroite entre notre moi mortel et notre moi Spirituel. Ils réalisent la guérison par la plus grande harmonie qui en résulte. »

Récemment Arte a diffusé un documentaire passionnant de Cécile Denjean : 


« Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre "tête". Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l'on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l'inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions. … Notre deuxième cerveau abrite une colonie spectaculaire de cent mille milliards de bactéries dont l’activité influence notre personnalité et nos choix, nous rend timides ou, au contraire, téméraires. »

2e cerveau, la révolution continue (dans la revue inexploré)

Le documentaire Le Ventre notre deuxième cerveau de Cécile Denjean a reçu le premier prix du festival Pariscience en octobre 2014. Voici un sujet totalement renversant. Avec seulement 1.000 fois moins de neurones que notre cerveau, « le système entérique n'est pas un esclave du système nerveux central, mais un opposant doté d'un esprit libre», avance Michael Gershon, pionnier des recherches sur ce « cerveau du ventre ». Notre ventre serait intelligent. Les recherches de Dean Radin et Marilyn Schlitz auraient même démontré que ce deuxième cerveau serait capable de capter, à distance, l'état psychique d'une personne avec qui nous sommes en lien. C'est à ne plus savoir où donner de la tête.